Lettre 33 - sept 2005

Publié le par Pierre Haski

Bonjour,

Avant de vous parler de la rentrée, une info importante : l'Assemblée générale annuelle des Enfants du Ningxia se tiendra le 29 septembre à 19h00 dans les locaux du journal Libération, 11 rue Béranger, 75003 Paris, Métro République. Ce sera l'occasion de se revoir, de faire le bilan de l'année écoulée, et de parler de l'évolution de notre association, à bien des aspects atypique... J'espère vous y retrouver nombreux. Cette annonce tient lieu de convocation.

La rentrée de septembre 2005 au Ningxia est remarquable pour plusieurs raisons. Tout d'abord, nous avons la joie de compter pour la première fois une étudiante parmi nos boursiers. Yan Xia, originaire de Zhang Jia Shu, soutenue par les Enfants du Ningxia depuis trois ans, a été admise à l'université de Yinchuan, la capitale provinciale, où elle va étudier les Télécoms. Elle est la première fille originaire de Zhang Jia Shu à aller si loin dans ses études, et nous sommes fiers de l'avoir accompagnée dans ce parcours difficile.
Nous comptons en fait trois étudiants cette année : deux garçons en plus de Yan Xia. Notre amie parisienne Hélène se trouvait dans le village de l'un de ces garçons, le village natal de Bai Juhua, la mère de Ma Yan, lors d'une petite fête organisée pour son départ à l'université. Tout le monde venait lui faire un cadeau, lui prodiguer des encouragements. Ce n'est pas rien, dans ces villages, d'accéder à l'université.
Pour arriver jusque là, il faut à la fois s'accrocher à ses études, mais il faut aussi les payer. Pour l'année universitaire de Yan Xia, nous avons dû verser 8.100 rmb (800 euros environ), à la fois pour les frais d'inscription et de vie (modeste) dans la capitale. Soit près de 20 années de revenu d'un paysan de son village natal. C'est dire que sans le soutien de l'association ou d'un autre organisme public ou privé, aucun enfant de ce district ne pourrait espérer accéder à l'enseignement supérieur.
Comme l'avait signalé une lettre précédente, le gouvernement a introduit cette année la gratuité des frais de scolarité pour les neuf années d'enseignement obligatoires, pour les enfants des districts les plus pauvres de Chine, dont celui que nous aidons. Nous avons donc sensiblement modifié notre dispositif d'aide qui, en cette rentrée 2005, se présente ainsi dans les trois établissements scolaires auxquels nous nous sommes liés, l'école primaire de Zhang Jia Shu, l'école primaire et collège de Ma Gao Zhuang, et le collège de Yuwang :
1) l'association a pris en charge les derniers frais restés à la charge des familles : les frais d'internat pour les collégiens originaires de villages lointains et qui ne rentrent chez eux que le weekend. Cela concerne plus de mille élèves, à Yuwang et Ma Gao Zhuang;
2) pour ceux qui étaient déjà boursiers de l'association, nous avons réduit le montant de la bourse pour tenir compte de la gratuité de l'école, mais continué à leur offrir une bourse moins importante pour permettre aux enfants issus des familles les plus pauvres de se nourrir, se vêtir;
3) le système de bourses reste inchangé pour les lycéens, c'est-à-dire ceux qui vont au-delà des neuf années d'enseignement obligatoire;
4) l'association accompagne ses boursiers qui réussissent à accéder à l'université;
Au total, ce sont plus de 1200 enfants qui, en cette rentrée, auront bénéficié de l'aide de l'association, un nombre record, et une dépense record également puisque nous avons débooursé près de 14000 euros.
L'association a également financé pour la rentrée la fabrication d'uniformes scolaires (des survêtements portant le nom de l'école) pour tous les élèves de Ma Gao Zhuang et de Zhang Jia Shu, soit près de 600 enfants, comme nous l'avions fait pour ceux de Yuwang. Nous avons pu constater que ces uniformes constituent un élément de fierté considérable pour ces élèves qui, d'ailleurs, ne les quittent plus, même le dimanche dans leurs villages respectifs...
Ce changement de système accompagne donc et complète le premier pas effectué par le guvernement en direction de la gratuité de l'éducation, promise pour 2010 pour tous, toujours pour les neuf années obligatoires. Il permet de toucher de manière plus égale l'ensemble de la population en age scolaire dans ce district, et d'avoir ainsi un véritable impact social. De surcroit, l'entrée des premiers boursiers à l'université frappe également les esprits et permet de rompre avec la fatalité de la misère engendrée par une sécheresse chronique.
Un fait divers, au début de l'été, est venu nous rappeler à quel point cette situation reste critique en Chine, et singulièrement au Ningxia. Xiu Xiu, une jeune fille de 13 ans, s'est suicidée au Ningxia, en laissant un mot à ses parents dans lequel elle explique que, n'ayant pas de bons résultats scolaires, elle leur épargne la dépense de la suite de sa scolarité, qu'elle évalue elle-même à 100 000 Yuans, soit 10 000 euros.
Quelques jours plus tard, un texte déposé sur le forum internet du très officiel Quotidien du Peuple, était titré : "du Journal de Ma Yan à la lettre de Xiu Xiu". L'auteur, qui signe Yun Zhitao, fait le parallèle entre la tragédie de Xiu Xiu et l'histoire heureuse de Ma Yan dont il rappelle les détails. Il ajoute : "On ne s'attend pas à ce que du Ningxia, une région où il ne se passe jamais rien, nous parviennent ainsi en peu de temps deux histoires de filles qui sont devenues connues dans tout le pays. Ce n'est pas un hasard. Du Journal de Ma Yan à la lettre de Xiu Xiu, on réalise deux défauts persistants de notre système d'éducation obligatoire : l'universalité et l'équité". Il ajoute que la réalité est bien moins optimiste que les proclamations du ministère de l'éducation, et rappelle qu'au moment où les statistiques étaient si bonnes, Ma Yan devait quitter l'école par manque d'argent et n'a pu y retourner que par le hasard de la publication de son journal. L'auteur souligne également que le système éducatif s'éloigne de plus en plus de l'équité pour devenir élitiste, basé sur l'argent et le pouvoir. Et d'appeler la Chine à investir plus dans le système éducatif pour le rendre à la fois universel et équitable.
Ce commentaire lucide n'est pas exceptionnel dans une Chine qui a libéralisé parfois bien trop rapidement certains secteurs, et commence à le réaliser. Cet été, le Quotidien de la Jeunesse de Chine (du 20 juillet) a ainsi commenté ce problème au niveau de l'enseignement supérieur: "La pauvreté des étudiants dans les universités s'accroît sans cesse. Ceci résulte principalement de l'écart entre les niveaux de vie et de la croissance économique qui agit directement sur le coût des études. Les étudiants pauvres, en général issus des campagnes, n'ont pas accès aux biens dont profitent les étudiants plus fortunés et ont tendance à s'isoler de leur camarades, ce qui crée un certain déséquilibre social au sein des universités. L'aide apportée par le gouvernement ne représente actuellement qu'une petite compensation". Le magazine économique Caijing a pour sa part critiqué "la bureaucratisation des universités et la fin du monopole public sur l'éducation (qui) ont fait de l'université chinoise une des plus chères universités au monde".
Notre action au niveau de l'éducation dans ce district du Ningxia va dans le sens souhaité par de nombreux intervenants dans ce débat, et en particulier par l'auteur du parallèle entre Ma Yan et Xiu Xiu. Il est encourageant de voir à quel point ce débat a progressé depuis le début de notre action, et en particulier de constater que la parution du Journal de Ma Yan y a contribué et est devenu une référence.
Néanmoins, avec nos premiers étudiants et le coût des études, nous nous engageons sur une voie qui risque de peser assez vite sur nos comptes, car nous avons plusieurs dizaines de boursiers et boursières qui vont accéder, dans les prochaines années, au seuil de l'université. A nous de ne pas les décevoir et de trouver les moyens de développer les dons qui étaient adaptés, jusqu'ici, aux dépenses plus réduites du cycle scolaire. Plus que jamais, l'association dépend de votre soutien.
A bientôt, j'espère, à l'AG de Paris.
Amitiés.
Pierre Haski

Publié dans LETTRES DU NINGXIA-

Commenter cet article