Lettre 39 - Automne 2006

Publié le par minet

Bonjour,

Une nouvelle fois, toutes mes excuses pour le délai entre les lettres, après la régularité mensuelle de l’époque où je me trouvais à Pékin. Nous allons nous réorganiser pour permettre de retrouver plus fréquemment ce rendez-vous crucial pour maintenir le lien entre nous, entre vous et nos amis du Ningxia.

Le silence ne signifie pas inaction, loin de là. Perrine Lhuillier, coordinatrice de l’association à Pékin, et Huo Wenhong, assistante chinoise des Enfants du Ningxia tout en préparant un MBA, ont assuré une rentrée scolaire record. Outre l’aide directe et indirecte apportée à quelque 1200 enfants, nous avons financé le renouvellement des uniformes scolaires des deux collèges que noous aidons, et, surtout, nous avons cette année un nombre record d’étudiants. Dix, à ce stade, que nous accompagnons pour la plupart depuis le collège, et qui ont réussi leurs examens d’entrée à l’université. Jamais, sans doute, cette région n’a compté autant d’étudiants, garçons et filles (la première fille du district à aller à l’université, c’était l’an dernier si vous vous en souvenez encore...).
L’association prend en charge l’ensemble des frais d’inscription de ces étudiants : de 4000 à 8000 yuans (de 400 à 800 euros) par étudiant, soit dix fois plus que le coût d’un lycéen, ce qui constitue une charge très importante pour nous. Cette dépense grossit de manière exponentielle : trois étudiants l’an dernier, dix cette année et quatre demandes supplémentaires en cours d’examen. Plus, sans nul doute, l’an prochain.

Cette charge nous oblige à nous poser des questions. Nous nous sommes engagés auprès de ces jeunes à les accompagner jusqu’au bout de leurs études, en fonction de leurs capacités. Pas question, donc, d’y renoncer lorsque l’effet combiné de leur travail et de notre soutien porte à ce point ses fruits. Toutefois, les ressources de l’association sont d’autant moins illimitées que les recettes provenant des droits d’auteur du Journal de Ma Yan diminuent chaque année, ce qui est normal pour un livre publié pour la première fois en 2002. L’essentiel des bourses scolaires est donc financé par les dons des membres de l’association, les vôtres donc. Nous avons eu la chance exceptionnelle pour une association de ne jamais avoir eu à lancer des appels aux dons : ils sont venus spontanément, à la hauteur des dépenses annuelles de l’association dont je rappelle qu’elle n’a quasiment pas de frais fixes : pas de salariés, pas de locaux, pas de notes de téléphone...
Pour faire face au problème spécifique des étudiants, nous vous proposons aujourd’hui un système de parrainage spécifique pour eux. Au niveau scolaire, nous avions privilégié la contribution à un fond commun plutôt que les parrainages individuels. Pouvons nous trouver, pour nos étudiants, des parrains individuels ou groupés à quelques uns, qui pourraient, d’ores et déjà, prendre en charge les études des quatre candidats qui attendent notre réponse. Il s’agit de :

- Zhou Hai (garçon), China Policy and Law Univ., frais de scolarité et d'internat, 6000rmb/an (600 euros) pendant 4 ans
- Zhou Cai (fille, grande sœur de Zhou Hai), ShanXi normal Univ., 4000rmb/an (400 euros) pendant 5 ans
- Ma Ruping (garcon), TianJin Univ., 7400rmb/an (740 euros) pendant 4 ans
- Li Bingxian (garcon), NingXia Univ. 4000rmb/an (400 euros) pendant 4 ans

Tous les quatre nous ont écrit, ils ne figurent pas parmi les lycéens aidés par l’association et qui auraient eu automatiquement droit à une bourse universitaire de notre part. Perrine a rencontre Zhou Hai, un garçon de 18 ans qui vient d’une zone montagneuse proche de Yuwang, et qui a été admis en droit à Pékin, ce qui montre qu’il a eu d’excellents résultats. Selon Perrine, voici son budget pour l’année universitaire qui vient de commencer :

* frais d'inscription 5,000 rmb ;
* frais de dortoir 650 rmb ;
* frais de livres 500 rmb ;
* frais de vie et de dépenses diverses (nourriture, vêtement, assurance, etc.) 3,000 rmb (il a precisé à Perrine qu'il ne s'achetait jamais de vêtements, et a hésité à les compter dans la somme).
Sa famille n’a pu réunir que 1,200 rmb. Dans sa lettre initiale à l’association, il explique : « lorsque j’ai reçu ma lettre d’admission à l’université, j’étais rempli de fierté. Mais, très vite, mes larmes de joie se sont mêlées à la tristesse et à la misère de mes parents. « Comment allons nous pouvoir faire face à tant de dépenses universitaires », se sont-ils demandé, ce qui m’a transpercé le coeur. Mais ils se sont violemment opposés à moi lorsque j’ai voulu renoncer à entrer à l’université. Le problème s’est aggravé lorsqu’une autre bonne nouvelle est arrivée avec l’admission de ma soeur aînée à l’école normale du Ningxia. Tout le monde est resté silencieux. Ma soeur a parlé la première : « que mon jeune frère aille à l’université, je n’irai pas », a-t-elle dit. Mon père a refusé, estimant que si une fille ne quitte pas la région des montagnes, elle continuera à vivre avec cette terre aride et un travail ingrat. Considérant nos parents épuisés et malades, ma soeur et moi étions impuissants. J’ai alors rencontré par hasard Ma Yan, qui m’a raconté l’histoire de votre association et votre aide à des étudiants pauvres pour qu’ils fassent leurs études. Ce fut pour moi comme voir de la lumière dans le noir. Je vous écris alors que je suis partagé entre des sentiments contradictoires, mais j’espère que vous pourrez nous aider, ma soeur et moi, à réaliser notre rêve. Zhou Hai »

Se trouve-t-il parmi vous, de manière individuelle ou groupée, des personnes susceptibles de parrainer les études universitaires de Zhou Hai et de sa soeur Zhou Cai, ainsi que des deux autres candidats (je tiens leurs lettres à votre disposition). Il vous sera alors possible d’entretenir une correspondance directe avec eux et de suivre les progrès de leurs études, de les accompagner sur cette route si loin des capacités de leurs familles ? Faites le moi savoir au plus vite car l’année universitaire a déjà commencé.

Deux autres informations : un grand coup de chapeau à la société Hermès qui, à Hongkong, s’apprête à lancer une opération au profit des Enfants du Ningxia. Les bénéfices de cette opération iront intégralement financer l’installation du chauffage au collège de Ma Gao Zhuang qui en a bien besoin. Nous reviendrons sur cette opération dans une prochaine lettre.

Enfin, un grand salut à nos amis espagnols qui ont crée à Valence une "Asociación Amigos de la Infancia China" (association des amis de l'enfance en Chine), en s’inspirant des Enfants du Ninxgia. Parmi les fondateurs, notre ami Juan Pablo qui, depuis longtemps déjà, traduit chacune de nos lettres en espagnol. L’association espagnole peut être jointe sur le site suivant :
http://amigosdelainfanciachina.googlepages.com


Amitiés à tous.

Pierre Haski

Publié dans LETTRES DU NINGXIA-

Commenter cet article