Lettre 38 - Printemps 2006

Publié le par minet

Bonjour,

Tout d’abord un mot d’explication pour ce long silence, la dernière lettre remontant à janvier. Il est dû à notre réorganisation, avec mon retour à Paris, et le passage de témoin à Perrine à Pékin. Mais rassurez vous, silence ne signifie pas inaction : les bourses du second semestre de l’année scolaire ont été assurées normalement, les élèves français du lycée de Hongkong ont effectué une visite très réussie au Ningxia, et Perrine s’est rendue plusieurs fois sur le terrain pour organiser notre action et envisager de nouvelles pistes.

HONGKONG. Anne-Marie Bordas, Professeur de Chinois au Lycée Français International de Hongkong, a conduit pour la troisième année consécutive un groupe d’élèves auprès de nos amis de Yuwang et de Ma Gao Zhuang. Dans son compte rendu de voyage, elle évoque “certaines scènes de joie pure et bonheur partagés entre les lycéens que nous avions amenés et les collégiens de Yuwang en particulier. Nos garçons de 2de avaient appris, avec leurs rudiments de mandarin, à jouer "au loup" aux élèves chinois et on a vu la grande cour du collège derrière le bâtiment principal (beaucoup d'anciens dortoirs abattus et un grand espace en cours d'aménagement) traversée de part en part par des hordes d'enfants de toute taille et couleurs en criant et riant... Les mêmes adolescents un peu plus tard au cours de la journée armés d'une pioche ou d'une pelle, poudrés par les bourrasques de vent sable en train de planter des arbres et de réaménager l'espace autour des bâtiments du collège”. Des activités de collecte de fonds effectuée depuis plusieurs mois à Hongkong ont permis aux lycéens de ne pas arriver les mains vides. Ils ont en particulier réalisé un vieux rêve : remplir la bibliothèque du collège de Yuwang, dont les étagères étaient désespérement vides à l’exception de vieilles brochures maoïstes des temps anciens qui prenaient la poussière... A Zhang Jia Shu, le village natal de Ma Yan, les jeunes Français ont également offert du matériel scolaire à l'école primiare, et, en se basant sur la liste donnée par le médecin responsable du secteur, acheté un peu de petit matériel médical minimum, déposé auprès d’un médecin en fonction à Li Jiawa proche de Zhangjiashu. Ce médecin a été fort heureux de ce geste et a même tué un mouton qui a été offert au petit groupe de visiteurs. Les élèves ont posé plein de questions à ce docteur pour comprendre la situation. “Cette action a semble-t-il été très bien perçue par le médecin comme la population locale”, raconte Anne-Marie. Ces échanges devraient se poursuivre l’an prochain, malgré le départ d’Anne-Marie qui portait ce projet depuis le début : c’est en tous cas le souhait général.

NINGXIA. Outre les bourses et l’aide à l’internat, notre aide a permis, ce printemps, d’équiper en tables et chaises la nouvelle cantine construite au collège de Yuwang, qui poursuit donc son effort d’équipement et n’aurait plus grand chose à envier à un établissement urbain si ce n’était la situation sanitaire dûe à l’absence d’eau courante. Perrine, notre coordinatrice à Pékin, s’est rendue à plusieurs reprises sur place ces derniers mois, et a engagé des consultations et une réflexion sur les deux “chantiers” géants vers lesquels nous évoluons prudemment : la santé et le microcrédit.

Concernant la santé, nous avons déjà financé au coup par coup des opérations d’urgence pour des enfants ou pour des parents de nos boursiers. Comme le souligne Perrine, “des familles entières peuvent tomber dans la pauvreté absolue à cause de la maladie” - Alors l'idée d'une bourse aux opérations pour essayer de faire face aux cas les plus importants comment les définit-on ?) fait son chemin... Peut-être peut-on adopter la même approche que pour l'éducation - aider la communauté globalement, et réserver des bourses aux plus démunis, en essayant de fixer des critères de sélection et de s'y tenir. Un projet ambitieux pour cette année.

Concernant la microfinance, nous sommes en discussion avec une ONG chinoise dont Perrine et moi avions rencontré le responsable en décembre, et qui gère un projet spectaculaire de microcrédit à une communauté d’éleveurs dans une autre partie du Ningxia. Perrine l’a revu, et il pourrait étendre son activité au district de Yuwang où nous travaillons, et faire profiter nos amis de son expérience. Reste la question du financement, mais des discussions sont en cours, notamment avec PlanetFinance, une ONG française spécialisée dans la microfinance et qui apporte déjà un soutien technique à cette organisation chinoise. Là encore un gros chantier pour cette année, qui pourrait avoir un impact considérable, mais demande de gros efforts et surtout beaucoup d’énergie. Heureusement, Perrine n’en manque pas...

FRANCE. Le travail de l’association se poursuit à un rythme plus calme en France. Après la réussite du concert et de l’expo de photos de décembre à Sèvres, dans la région parisienne, l’opération “livre de recettes” bat son plein! Notre amie Pascale, de l’antenne sud de l’association, a fait réimprimer le livre de recettes réalisé au profit de l’association et qui est parti ... comme des petits pains. Ce livre, intitulé “des petits plats pour une grande cause”, est donc de nouveau disponible auprès de l’association, au prix de 15 euros entièrement utilisés pour notre action sur le terrain. N’hésitez pas à le commander et même à le vendre autour de vous, un geste à la fois agréable, et surtout utile pour soutenir nos amis du Ningxia.

Amitiés à tous.

Pierre Haski

Publié dans LETTRES DU NINGXIA-

Commenter cet article