Lettre 24 ( Mai 2004)

Publié le

Bonjour, HONGKONG AU NINGXIA. Vision étonnante, dimanche 22 mai, sur une piste du Ningxia : quinze lycéens et lycéennes français, ainsi que quatre de leurs enseignants et accompagnateurs, venus de Hongkong, refont à pied le chemin que Ma Yan décrit dans son Journal... Ils ont fait stopper le bus à quelques kilomètres du village de Zhang Jia Shu, et ont décidé de terminer à pied, malgré la chaleur et la poussière... Cette image est l’un des nombreux moments que nous retiendrons de ce voyage exceptionnel effectué par ce groupe venu du lycée français de Hongkong à la rencontre du Ningxia, de ses habitants, du village et du collège de Ma Yan. A Zhang Jia Shu, les lycéens ont été accueillis dans des familles de paysans qui les ont invités à partager un repas, à découvrir leur vie simple et difficile, marquée par l’absence d’eau, cette année plus encore que les précédentes. Il n’a pas neigé cet hiver, et les citernes de récupération sont vides : il faut donc acheter l’eau à Yuwang, à 20 km de là, 60 yuans (6 euros) le m3, un prix exhorbitant pour ces paysans qui comptent parmi les plus pauvres de Chine. A Yuwang, le groupe de Français a été accueilli au collège qui compte parmi ses élèves Ma Yan. Grande cérémonie en présence de centaines d’élèves chinois, discours officiels très chaleureux, remise des cadeaux que les Français avaient apportés avec eux : des livres, du matériel sportif pour le collège, un orgue électrique, et un cahier et un stylo pour chacun des 1150 élèves... Les Français se sont ensuite répartis par petits groupes dans les classes pour des échanges avec les jeunes collégiens chinois, puis un grand repas en commun. Le sport étant un langage commun simple, des matches de basket "France-Chine", garçons et filles, se sont ensuite déroulés dans la bonne humeur : malgré leur taille, les garçons ont perdu, mais les filles françaises ont gagné, un partout, difficile de faire plus diplomatique ! Lorsque le bus des Français est parti, on a pu voir le directeur du collège avec les larmes aux yeux : son établissement rural isolé n’avait jamais reçu une telle bouffée d’oxygène, et il a vécu cette visite comme un grand moment pour lui comme pour ses élèves. Côté français, selon Anne-Marie Bordas, enseignante à Hongkong et cheville ouvrière de ce voyage soigneusement préparé, ce périple fut vécu comme "une grande et riche expérience". Les jeunes Français, qui, pour la plupart, apprennent le Chinois et ont travaillé sur le Journal de Ma Yan, ont pu toucher du doigt la difficile condition scolaire dans une zone rurale défavorisée. Le problème de l’eau qui fait que les centaines de pensionnaires ne peuvent pas se laver dans leur collège, la pauvreté des dortoirs -Ma Yan et la plupart des autres filles doivent partager leurs lits à deux par manque de place-, la faiblesse de l’équipement... Ils ont pu rencontrer également des jeunes déterminés à étudier à s’en sortir, comme Ma Xiaomei, jeune boursière de l’Association et l’une des "héroines" de Ma Yan et ses soeurs, qui était rayonnante dans sa classe et a impressionné les Français qui ont dialogué avec elle par sa volonté et sa gentillesse. Pour nous, ce voyage a été la première manifestation concrète d’une solidarité humaine, au-delà de l’aide matérielle que nous pouvons apporter. Les enfants du Ningxia ont besoin de bourses, mais ils ont aussi besoin de sortir de leur enclavement, et ce contact avec les jeunes Français a permis de faire vivre plus que jamais auparavant l’esprit dans lequel nous intervenons dans cette région. L’accueil qui leur a été réservé est très encourageant, et montre le chemin parcouru dans l’acceptation de notre action et son ancrage durable dans le paysage du Ningxia. En espérant pouvoir renouveler l’expérience, et, pourquoi pas, la développer aussi dans l’autre sens. Au passage, nous avons revu Ma Yan pour la première fois depuis son séjour en France : elle est radieuse, même si préoccupée par la préparation de son examen d’entrée au lycée en juin... ACTION. Ce voyage au côté des lycéens français a permis de reprendre contact avec nos interlocuteurs, et de faire le point sur nos actions. A Zhang Jia Shu : l’école primaire, dont nous assurons la gratuité de l’enseignement pour les 200 enfants en age scolaire du village, a vécu une petite révolution de palais, avec un changement de directeur suite à des conflits internes. Malgré ces remous, qui semblent stabilisés, le contrat que nous avions conclu en décembre pour assurer la gratuité, a été respecté : nous nous en sommes assurés auprès de plusieurs familles qui nous ont confirmé qu’aucune somme n’avait été payée par les élèves au second semestre, à la grande satisfaction des villageois. Nous avons décidé d’étendre la gratuité aux 35 élèves qui passeront en septembre en cinquième année de primaire comme pensionnaires à Yuwang. Seul problème, certaines familles qui ne souhaitent pas, malgré la gratuité, envoyer leurs filles à l’école. Il faudra voir avec les enseignants comment les y inciter... Nous avons également pu évoquer avec un responsable du district la construction du puits du village pour lequel nous avons obtenu une "bourse du développement durable". Le processus est toutefois laborieux car les cadres du village ont été limogés pour détournements de fonds (le fléau de la corruption n’épargne pas les plus pauvres des pauvres, même si les sommes à détourner sont dérisoires). Une nouvelle équipe dirigeante devrait être prochainement nommée et nous aurons de nouveau des interlocuteurs... A Yuwang : une bonne nouvelle, les travaux du nouveau bâtiment du collège ont repris après plusieurs mois d’interruption, et seront achevés en septembre. Il nous sera alors possible d’équiper les deux salles d’ordinateurs pour lesquelles nous avons déjà les fonds grâce à une opération spéciale l’an dernier. Nous sommes en discussion avec le directeur du collège pour aider à la construction de nouveaux dortoirs, projet pour lequel nous pourrions avoir besoin de nouveaux partenariats avec des entreprises, peut-être parmi les sociétés françaises implantées en Chine. Ma Gao Zhuang : l’ancien directeur adjoint du collège de Yuwang, nommé directeur d’une école situé dans la commune de Ma Gao Zhuang, à un dizaine de kilomètres plus loin, nous a écrit en avril pour nous annoncer son transfert, et attirer notre attention sur le sort misérable de son nouvel établisssement. NOus avons profité de ce voyage pour rendre visite à cet homme avec lequel nous entretenions des rapports très cordiaux. Cette école, primaire plus collège, compte 350 élèves, visiblement plus pauvres encore que ceux de Yuwang. Nous avons décidé de lui apporter une aide sous la forme de vingt bourses à la prochaine rentrée pour les enfants des familles les plus démunies, ainsi qu’une dotation en matériel pour son école qui manque de tout. De surcroit, une quantité importante de vêtements collectés par le lycée français de Pékin, ainsi qu’à la vente organisée à notre profit par une galerie de Pékin, va être adressée à l’école de Ma Gao Zhuang, pour être distribués aux enfants pour la fin de l’année scolaire. Nous financerons également un grand repas de fin d’année, comme nous l’avons déjà fait à Yuwang, pour le plus grand plaisir de tous. Cet accroissement de nos engagements est rendu popssible par les soutiens accrus dont bénéficie l’Association. Il reste raisonnable et ne met pas en péril nos engagements précédents. Au total, à la rentrée de septembre, ce sont donc quelque 350 enfants qui seront aidés par l’Association, ainsi qu’un soutien matériel concret à trois établissements scolaires de cette région à laquelle le Journal de Ma Yan nous a attachés. Votre soutien est donc plus que jamais nécessaire... AGENDA. Rappel : une très belle initiative à ne pas rater si vous vous trouvez du côté de Dunkerque le 19 juin. Dans le cadre du festival "Les quais de Chine" réalisé par le théâtre Le Bateau-feu, des extraits du Journal de Ma Yan seront joués par des jeunes de la Maison de Quartier de l’île Jeanly, du Carré de la Vieille et des glacis, en relation avec l’école élémentaire des Glacis. Le personnage de Ma Yan sera figuré par une marionnette à taille humaine, conçue et réalisée par Remi Verbraeken. Ce sera donc le 19 juin, à 18h30, Parc de la Marine, entrée libre. Renseignements : 03 28 51 40 40 ou sur les sites internet : www.ville-dunkerque.fr, ou www.lille2004.com. Pour ceux qui sont en Chine, je ferai une conférence sur "Ma Yan et ses soeurs" le 9 juin à l’Alliance française de Shanghai, après celle du 29 mai à l’Alliance de Nankin, et celle, qui a été suivie d’un débat passionnant, à l’université de Fudan à Shanghai, le 17 mai. Amitiés. Pierre Haski Adresse : 45 rue Notre-Dame de Nazareth, 75003 Paris, France E-mail : enfantsduningxia@yahoo.fr SITE INTERNET : www.enfantsduningxia.org

Publié dans LETTRES DU NINGXIA-

Commenter cet article