Lettre 22 ( Mars 2004)

Publié le

Bonjour, Ce mois de mars 2004 aura marqué un moment important pour notre action : Ma Yan, dont le journal a suscité ce mouvement de solidarité avec les enfants du Ningxia, est venue à Paris, invitée par les éditions Ramsay à l’occasion du Salon du livre qui mettait les lettres chinoises à l’honneur. Elle était accompagnée de He Yanping, traductrice du journal, et très engagée, à Pékin, dans notre action en faveur des enfants du Ningxia. Cette première sortie de Chine pour notre jeune protégée, qui vient d’avoir 16 ans, a été un moment exceptionnel pour elle comme pour nous : outre sa découverte de la France, elle a été l’occasion pour elle de réaliser l’impact de son texte en France, et l’ampleur du mouvement de solidarité vis à vis des enfants de sa région qui n’ont pas eu sa chance. Et poour nous de constater à quel point la jeune fille sans avenir rencontrée il y a bientôt trois ans est devenue une jeune fille optimiste et rayonnante qui a débarqué pour la première fois à Paris... Le moment le plus fort de cette visite aura incontestablement été la visite du collège de l’ORT de Villiers le Bel, en région parisienne, dont les élèves de notre amie Emmanuelle Polack s’étaient cotisés il y a deux ans et avaient envoyé 100 euros pour aider Ma Yan. Deux ans après, les classes concernées ont été reconstituées, et les enfants ont travaillé d’arrache pied pour réserver un accueil chaleureux à cette jeune Chinoise pour laquelle ils s’étaient mobilisés. Ils avaient rédigé des poèmes traduits en chinois, des cartes stylisées de la Chine, des affiches appelant à la solidarité, et lui ont lancé un magnifique "Ma Yan, nous ne t’oublierons jamais" qui lui est allé droit au coeur. Ma Yan a remercié les enfants français pour leur geste et a dialogué avec eux dans la bonne humeur et l’émotion. Elle a ensuite déjeuné à la cantine toute simple de l’établissement, mais qui a du lui apparaître luxueuse comparée aux conditions de son collège. Elle a d’ailleurs fait plus d’honneurs au repas de la cantine qu’à ceux de plusieurs restaurants où nous l’avions emmenée... Elle est repartie les bras chargés de cadeaux et avec un petit livre retraçant les grands moments du lien improbable qui s’est établi entre Villiers le Bel et Yuwang. Les contacts avec les enfants français ont été les moments privilégiés de cette visite. Sur le stand de Ramsay au Salon du livre, Ma Yan a eu une rencontre avec les lecteurs du magazine Okapi, qui lui ont posé des questions d’une précision incroyable qui montraient à quel point ils avaient pris possession de son Journal. Le mercredi, journée des enfants au Salon, a également été l’occasion de nombreuses rencontres avec de jeunes Français qui ont été les lecteurs les plus attentifs du livre. Au cours de son séjour, une rencontre a également été tenue, dans les locaux de Libération, le journal où tout a commencé, avec les membres de l’Association qui ont pu se déplacer. Une trentaine de personnes y ont participé, que Ma Yan a remercié avec une très grande émotion pour leur solidarité vis à vis d’elle-même, mais surtout, désormais, vis à vis de tous les autres enfants que nous aidons. Elle est apparue à tous comme une jeune fille simple et spontanée, souriante et aujourd’hui heureuse, qui vit bien son incroyable notoriété, et n’oublie jamais d’où elle vient et tous ceux et celles qui, dans sa région, continuent de vivre le cauchemar dont elle est définitivement sortie. Cette rencontre informelle et amicale a également permis de faire le point sur nos actions en cours. La découverte de Paris n’a pas été oubliée, au milieu de nombreuses interviews (France2, LCI, Mon Kanar de France3, i-tv, RFI, France Inter, l’Actu, Okapi, France Soir, le New York Times dont l’article est joint à cet envoi, le Sunday Telegraph... - beaux articles également dans l’Express, Le Monde, ELLE). Ma Yan, qui ne connaissait de Paris que la Tour Effeil entrevue à la télévision, a ouvert des yeux ébahis tout au long de son séjour, y compris dans la visite du "Chinatown" de Paris ! He Yanping et Ma Yan, qui repartent en Chine ce dimanche 28 mars, ont également bénéficié de l’hospitalité de notre amie Linda et de sa famille, permettant à Ma Yan de découvrir la vie d’une famille parisienne. Elle a continué à écrire son journal tout au long de sa visite, car ses camarades du collège lui ont demandé un compte rendu exhaustif de cette visite exceptionnelle pour un enfant de cette région. Elle repart avec des milliers de stylos qui avaient été envoyés par une de nos membres, récupérés d’une campagne de publicité, et qu’elle pourra distribuer à ses camarades : on connait bien sûr le symbole du stylo dans cette histoire... Le Salon du livre a également été l’occasion du lancement du livre "Ma Yan et ses soeurs" (ed. Ramsay), dont la moitié des droits d’auteur reviennent à l’association. Ce livre est en partie la suite du Journal, puisqu’il raconte ce qu’est devenue Ma Yan depuis les débuts de cette aventure, fait le récit de la naissance et de l’action de notre association, mais trace également le portrait d’autres filles du Ningxia à partir des lettres qu’elles nous adressent à Pékin, et dont plusieurs ont figuré dans les lettres mensuelles de l’Association. En particulier Ma Shiping, la cousine de Ma Yan, mariée de force à l’age de 15 ans, et que nous avions rencontrée en décembre, déjà mère d’une petite fille. La visite de Ma Yan et He Yanping, ainsi que la sortie du deuxième livre, ne manqueront pas d’avoir un impact sur notre action qui continue de susciter un intérêt certain dans des pans entiers de l’opinion. La cause de ces enfants oubliés a assurément franchi une nouvelle étape et bénéficiera de nombreux soutiens que nous devrons traduire en actions concrètes sur le terrain. C’est le défi des prochains mois, qui devra nous amener à être plus organisés... Nous allons bénéficier, à cet égard, d’un instrument important avec l’ouverture du site internet de l’association : www.enfantsduningxia.org, qui a été "construit" par un groupe d’étudiants chinois et leur professeur de l’Ecole nationale supérieure des Telecoms (ENST) de Paris. Ils ont fait un gros travail, dont on commence à peine à voir les résultats en ligne, mais qui devraient être de plus en plus complets dans les semaines à venir. Le site sera trilingue : français, anglais et chinois. Vous pourrez y trouver les archives de l’association, avec toutes les lettres mensuelles depuis le début, de nombreuses photos, et des éléments d’information sur les actions en cours. Une page sera bientôt ouverte sur la visite de Ma Yan en France, avec quelques photos et les articles de presse. Le voyage du Journal de Ma Yan n’est pas achevé : j’écris ces lignes à Barcelone où je viens de participer au lancement très réussi de l’édition espagnole du livre, avant d’aller faire de même à Lisbonne pour l’édition portugaise. Il sortira de surcroit en anglais le premier juillet. Au total, 14 langues qui permettent à ce message de faire le tour du monde... Un rappel : pour ceux qui habitent le Sud de la France, je participerai le 31 mars à 18h à un débat organisé au Haddock café de Nîmes par les Enfants du Ningxia et le Centre d’information du droit des femmes et des familles. En espérant que tout ceci permettra à un nombre croissant d’enfants de ces familles de paysans pauvres de cette région chinoise à laquelle nous sommes liés de bénéficier de ce bel élan de solidarité... Amicalement. Pierre Haski Adresse : 45 rue Notre-Dame de Nazareth, 75003 Paris, France E-mail : enfantsduningxia@yahoo.fr

Publié dans LETTRES DU NINGXIA-

Commenter cet article