Lettre 5 ( 26 Février 2002)

Publié le par basile minet

Bonjour, Quelques nouvelles... Nous avons reçu lundi une lettre de Ma Yan, qui a bien eu notre premier envoi de fonds, et remercie tous ceux qui ont décidé de l’aider. Voici sa lettre : « Chers oncles et tantes : How are you ? (en anglais dans la lettre en chinois). J’ai recu votre lettre le 17 fevrier. Ce jour-la, mon père est allé à la commune pour une foire, et il a trouvé la lettre à la poste. Il l’a ouverte tout de suite, mais il y avait quelques mots qu’il ne connaissait pas. Rentré à la maison, il m’a demandé de la lire. Quand j’ai fini la lecture, je ne sais pas pourquoi j’étais toute en sueur, comme si j’avais perdu toutes mes forces, peut-être parce que j’étais trop émue, trop contente. Papa a dit, quand il a fini de lire la lettre, qu’il ne savait pas s’il marchait sur la terre ou dans le ciel, tout son corps flottait. Maman a dit : "Enfin le ciel a ouvert ses yeux pour que je n’aie pas pleuré pour rien dans la montagne. Mes larmes étaient dûes à la douleur et à la tristesse, mais maintenant à la joie. Je vous souhaite une bonne année, et vous exprime toute ma gratitude." Après avoir lu votre lettre, j’ai compris vraiment ce que signifie la joie dans ce monde, l’amitié et le sens de la vie dans ce monde. Je remercie tous ces gens qui sont déterminés à m’aider. Je suis heureuse que de jeunes francais veuillent être mes amis, je voudrais leur écrire, leur téléphoner tout de suite, mais je ne connais pas leur adresse et leur numéro de téléphone, et puis ils ne comprennent pas le chinois. J’espère que vous pouvez leur donner mon adresse, je veux être leur amie, leur meilleure amie. Je leur dis : Thank you.(en anglais dans la lettre). Vous avez dit que vous pouvez aider d’autres enfants de famille en difficulté, j’en suis très contente. Parlant de difficultés, je pense désormais aux miennes au passé. Laissez-les finir leurs études, réaliser leurs rêves. Tous mes remerciements. Je vais bientôt reprendre l’école. Je ferai des efforts pour ne pas décevoir l’attente de tout le monde envers moi.(L’argent que vous m’avez envoyé est bien arrivé.) Je vous souhaite beaucoup de succès pendant l’année du cheval. Ma Yan, le 19 février 2002 » D’autre part, mon reportage sur Ma Yan a été publié la semaine dernière par l’équivalent italien de Courrier International, « Internazionale », et j’ai déjà reçu quatre e-mails d’Italiens souhaitant eux aussi aider Ma Yan et les enfants non scolarisés de son village. Deux autres personnes en France m’ont également écrit pour participer à notre opération. Comme je vous l’ai dit, je dois me rendre prochainement sur place - du 8 au 12 mars- pour monter le dispositif d’aide aux autres enfants du village, et vous informerai à mon retour. Enfin, un éditeur parisien m’a contacté et voudrait publier l’intégrale du journal de Ma Yan et mon récit. Nous sommes en discussion, mais si ça se fait, il y a sans doute là une possibilité que la famille de Ma Yan puisse sortir définitivement de la misère. Voilà donc ces quelques bonnes nouvelles. Mais nous n’en sommes qu’aux débuts... Amitiés. Pierre Haski Pékin, le 26 février 2002

Publié dans LETTRES DU NINGXIA-

Commenter cet article